Les mystérieux carnets de Ramanujan

CONFÉRENCE
par Édouard Thomas
Tout public - Durée : 90min
Samedi 17 juin 2017 à 11h à la bibliothèque de Vendôme
Samedi 17 juin 2017 à 19h00 à la bibliothèque Abbé Grégoire à Blois
Tarif unique : gratuit
Autodidacte génial, le mathématicien Srinivasa Ramanujan (1887-1920) a produit durant sa courte vie plusieurs milliers de formules stupéfiantes... sans laisser aucune démonstration ! Près de cent ans après sa mort, les scientifiques continuent à les explorer et à s’en inspirer. Quelques-unes seulement se sont avérées incorrectes, d’autres ne sont toujours pas démontrées aujourd’hui, et plusieurs trouvent un écho inattendu dans la recherche contemporaine. Quoi qu’il en soit, leur caractère sibyllin, cryptique et inattendu exerce sur qui les contemple une fascination indéniable.
L’intervention permettra de questionner les places respectives de l’intuition et de la démonstration ; c’est d’ailleurs le thème retenu du film remarquable The Man Who Knew Infinity (Warner Bros, 2015), maintenant disponible en DVD. La conférence permettra également de contempler longuement plusieurs de ces formules étonnantes, habituellement réservées aux spécialistes.



Né en 1979, Édouard Thomas a réalisé toutes ses études de mathématiques à l’université Henri-Poincaré, à Nancy (Meurthe-et-Moselle). Sa thèse de doctorat a porté sur l’application des mathématiques à des problématiques industrielles, en l’occurrence la maintenance des systèmes de production. Après avoir enseigné durant quatre années dans cette même université, il quitta la Lorraine pour rejoindre Tangente, le magazine de l’aventure mathématique, à Paris, où il est actuellement toujours secrétaire de rédaction. Ce poste lui permet d’être en interaction constante avec la communauté mathématique française et internationale. Il est aujourd’hui secrétaire de l’association Kafemath, qui organise des cafés mathématiques sur la capitale. Au-delà de la diffusion de la culture mathématique, Édouard est activement impliqué dans deux associations de danses traditionnelles, Ad Astra (danses de la Renaissance et danses folkloriques, à Meaux) et Gazteria (danses basques, à Saint-Ouen). Il joue encore parfois de la cornemuse et aime surtout flâner dans les musées.